Jaimanitas !

3ème jour à Cuba, il est temps de prendre la route et de tester la voiture…
Elle n’a pas l’air toute neuve, c’est une grosse Renault Fluence, pas vraiment adaptée aux routes cubaines sur lesquelles on aurait plutôt envie d’avoir un 4×4 !
On sort du parking de l’hôtel et au 1er feu rouge, un cubain saute sur notre pare-brise pour le nettoyer, on est dans l’ambiance tout de suite !

Nous avons décidé de visiter un quartier méconnu, à l’ouest de la Havane, Jaimanitas !
On passe d’abord par le quartier chic de Miramar avec de grandes demeures protégées par des gardes, on avait pas encore vu cette facette de Cuba depuis notre arrivée.
Nous arrivons ensuite à Jaimanitas et visitons une maison nommée Fusterlandia qui est l’oeuvre de l’artiste cubain José Antonio Rodriguez Fuster.
Vous pouvez rentrer dans la maison de l’artiste gratuitement et en parcourir tous les étages, elle est entièrement décorée de peintures, sculptures et de céramiques, l’artiste a commencé son oeuvre en 1995.

Fusterlandia - Jaimanitas

Cayo Jutias !

Après la visite de la maison, nous reprenons la voiture direction l’île de Cayo Jutias.
Nous avons 3h de route et nous prenons l’autoroute pour la 1ère fois… nous n’allons pas être déçus !
En plus de devoir être vigilants aux nids de poules, il faut faire attention à tout car nous partageons la route avec des charrettes (oui, des charrettes tirées par des chevaux ou bien des bœufs !), des mobylettes, des piétons…
Notre plus grande frayeur sera sur cette route quand plusieurs cubains, qui faisaient du stop sous un pont (il y a des personnes qui attendent sous chaque pont), se sont jetés sur notre voiture. Thomas a dû piler en urgence, puis nous sommes partis vite, assez choqués de ce qu’il venait de se passer.
Plusieurs centaines de km plus tard, nous sortons enfin de l’autoroute et la suite ne sera pas meilleure puisque nous nous engageons sur une route qui n’en est pas vraiment une, avec des trous partout. On a vraiment cru abîmer la voiture de nombreuses fois. Je crois que Thomas m’a détestée plusieurs fois, « quelle idée t’as encore eu ?! » 🙂

Cayo Jutias est enfin devant nous et nous oublions les 4h de route (oui c’était un peu plus long que prévu 🙂 ).
La plage est magnifique, elle est recouverte de bois flotté, des cubains sont là, en famille. Elle n’est pas bondée de touristes, c’est tellement plaisant. Nous allons nous baigner, l’eau est chaude, c’est très agréable pour une frileuse comme moi. Thomas tente le snorkeling mais zéro poisson à l’horizon !
Nous restons plusieurs heures et il est déjà temps de reprendre la voiture et cette maudite route pour rejoindre notre hôtel à Vinales.

Cayo Jutias
Vestiaire Collective 😉
cuba cayo jutias camille

Vinales !

À notre agréable surprise, le trajet jusqu’à notre hôtel, le Rancho San Vicente, se passe sans problème, nous rencontrons même des bébés porcs, trop mignons.
L’hôtel est situé dans un cadre très naturel et paisible au milieu des mogotes (formations de calcaire en forme de montagnes, une des caractéristiques de Vinales), moins luxueux que notre hôtel de La Havane, mais la clim est là et c’est le principal, humidité 1000% !

Après une nuit au milieu des mogotes, nous nous rendons dans le village de Vinales, c’est là que se trouvent les champs de tabac. Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre mais nous avons décidé de découvrir le parc par nous-même et de ne pas prendre de guide. Les maisons sont colorées et il y a des rocking-chairs sur chaque terrasse, l’image parfaite de Cuba. Nous empruntons le sentier principal du parc de Vinales puis, au bout de quelques mètres, un homme nous accoste, il s’appelle Gerardo et nous invite à le suivre chez lui. Sa maison se situe un peu plus loin, perdue au milieu des plantations.
Nous nous installons autour d’une table et Gerardo nous montre des feuilles de tabac, nous explique comment il les cultive, les fait sécher puis les roule afin d’obtenir un cigare. Il en offre un à Thomas pour goûter, entre temps arrive une famille de touriste avec un guide, et nous nous faisons la réflexion que nous avons trouvé Gerardo par hasard sans guide !
Notre hôte est tellement adorable que nous achetons plusieurs cigares pour nos amis et famille, nous préférons faire travailler un homme comme lui qu’une grande société de cigares.

Nous reprenons notre chemin et tombons sur une nouvelle propriété, cette fois-ci il y a un petit bar/restaurant, c’est la Finca de Raul. Nous avons très chaud et soif, nous prenons un mojito (nous sommes à Cuba !) et nous réalisons qu’il est à peine midi !
Le propriétaire du lieu, Raul, nous conseille de continuer en grimpant la mogote qui se trouve devant nous pour avoir un très beau point de vue sur la vallée. Une fois notre mojito avalé nous marchons vers ce fameux spot.
Nous allons grimper pendant de longues, très longues minutes, (Thomas s’en souvient encore 🙂 ), et arrivons enfin en haut, la vue est superbe et on réalise ce qu’on a grimpé !
Nous redescendons et Raul nous propose de nous asseoir afin de nous reposer. Un coup d’éventail plus tard nous sortons du parc pour manger au village.

En fin d’après-midi, nous allons sur les hauteurs de Vinales en voiture, j’y ai repéré un restaurant qui a l’air très bon : le Balcon del Valle. Les tables se trouvent à l’air libre, sur une terrasse aménagée dans les arbres, c’est assez fou comme lieu. Nous n’allons pas être déçus puisque nous allons avoir un repas de roi : de la soupe, de l’avocat (comme je n’ai jamais mangé!), de la patate douce, du riz et du poulet (pour ne pas changer les bonnes habitudes 😉 ). Nous assistons au coucher du soleil, c’est juste magnifique.

Demain, nous reprenons l’autoroute pour 5h de route direction Cienfuegos.

Hotel Rancho San Vincente
Gerardo
Finca Integral Raul
Coucher du soleil - Balcon del Valle